Comment se préparer au GR20 ?

Se préparer au GR20 est aussi important que l’objectif du GR20 en lui-même ! Tout un tas de questions se chevauchent et vous ne savez plus où donner de la tête ?

Pas de panique avec notre FAQ objectif GR20, nous sommes là pour vous assister dans la programmation de cette aventure qui s’annonce plus qu’inoubliable !

Et n’oubliez pas : Avant votre départ, suivez quotidiennement les nouvelles du GR20 soit sur notre page actualités soit en vous connectant à la page facebook du PNRC.

Quelle période pour le GR20 ?

Contrairement à ce que l’on peut penser de la Corse, l’Île n’est pas qu’un territoire maritime bordé de plages… Les montagnes dominent largement et le sentier du GR20 monte très rapidement au niveau des stations de ski.

Ce petit indice doit vous faire comprendre que la Corse est bien souvent enneigée

De début Octobre à fin Avril, la neige tombe régulièrement et le GR20 devient impraticable

Une fois que vous connaissez ces conditions, la période la plus propice est celle qui vous inspire le plus : 

  • Juin est très apprécié pour ces longues journées ensoleillées mais il y a encore des névés (reste de neige) ; 
  • Les mois de Juillet et Août sont idéals mais chaleur et fréquentation sont au rendez-vous ;
  • Et Septembre semble parfait bien qu’il ait la réputation d’être un mois à orages.
Un matin sur les hauteurs du refuge d'usciolu
Panoramique sur le soleil levant depuis les reliefs supérieurs du refuge d’Usciolu

Quelle que soit le mois que vous choisissez, le vent et les orages peuvent être très violents et ont tendance à arriver aussi vite qu’ils partiront. Restez vigilants, équipez-vous en conséquence et analysez bien les échappatoires possibles sur toutes les étapes.

Dans quel sens faire le GR20 ? Du Nord au Sud ? Ou du Sud au Nord ?

Les statistiques dénombrent qu’environ 80% des randonneurs s’élancent sur le GR20 par le Nord (Calenzana) contre 20% qui démarrent par le Sud (Conca).

Cette si grande différence s’explique par le fait que le tracé historique du GR20 s’effectue dans le sens Nord – Sud

Les fervents pratiquants du GR20, n’imaginent pas une seconde remonter ce sentier en sens inverse (Sud – Nord). D’ailleurs, tous les records établis doivent être réalisés du Nord au Sud pour être homologués.

GR20 Nord Sud montagne Corse
  • Le Nord a la réputation d’être plus difficile, il entre directement dans le vif du sujet. Dès la première étape, il faut franchir plus de 1500 mètres de dénivelé positif.
  • Le Sud est moins minéral, les chemins sont plus sableux et la végétation est très présente. Les dénivelés restent conséquents mais moins tranchants dès le départ. Il ne faut pas pour autant sous-estimer la partie Sud par rapport au Nord. Finalement, il n’y a pas de règle… Il faut surtout choisir en fonction de vos capacités. Le GR20 à la singularité d’être coupé en plusieurs endroits par des voies routières et des villages comme Vizzavona. Cela permet de s’essayer sur des portions plus courtes et d’avoir une idée de ce que le GR20 peut vous réserver…

Combien de temps pour faire le GR20 ?

Depuis sa création dans les années 1970, le GR20 a évolué à maintes reprises. 

Actuellement, le sentier comporte 16 étapes. Elles ont été établies de manière à ce que les randonneurs puissent effectuer une étape par jour à un rythme abordable.

Deux semaines pour vivre hors du temps, à l’air pur des montagnes Corse…

16 jours qui peuvent paraître longs pour certains… Mais, vous pouvez totalement réduire cette durée si vous êtes assez sportifs.

Avec de l’endurance et un rythme soutenu, le GR20 est réalisable en 10, 12 ou 14 jours. Ces durées vous permettent de profiter intensément des paysages extraordinaires qui vous entourent.

Pour les plus sportifs, il est aussi possible de doubler toutes les étapes et de finir le GR20 en 7 jours. Dans ces conditions, il faut être prêt à randonner plus de 10 heures par jour en avalant près de 2500 mètres de dénivelé positif et négatif.

Si vous vous engagez sur le GR20 dans le but de réaliser un défi sportif. Il n’est pas rare de croiser des traileurs l’effectuer en 5 voire 4 jours. Ici, l’expérience et la performance sont plus qu’au rendez-vous !Dans tous les cas, finir le GR20 dans son intégralité est déjà un gage de grande réussite et ce, quelle qu’en soit la durée !

GR20 sans préparation ?

Par préparation, on sous-entend, analyse du terrain, construction de votre parcours de trek de A à Z, connaissance des conditions climatiques, calcul du budget, point par point… 

Une randonnée avec bivouac – quelle qu’elle soit – doit être préparée et être scrupuleusement organisée pour vous permettre d’en profiter de la meilleure manière qui soit. 

Le GR20 d’autant plus, car c’est un sentier montagneux et grimpant qui s’effectue sur un minimum d’une semaine même pour les plus sportifs.

Une bonne planification en amont est vivement recommandée. Tout doit être pensé pour ne rien oublier et vous éviter d’emporter des éléments superflus.

Le poids est une notion fondamentale pour l’épanouissement du randonneur. Votre équipement va jouer un rôle très important dans le bon déroulement de votre périple.

Si votre sac à dos contient une charge inutile, votre aventure en pâtira largement. Plus vous serez légers, plus vous arriverez à profiter pleinement de ce périple magique sans subir. Ne perdez pas de vue que le mental fait aussi beaucoup sur ce sentier. Fixez vous des objectifs raisonnables et à la portée de votre niveau. Ne sous-estimez jamais la montagne, elle ressort toujours gagnante !

GR20 sans entraînement ?

Oubliez tout ce que vous connaissez de la randonnée traditionnelle. Le GR20 n’est d’égal avec aucune autre… Et c’est ce qui fait tout son charme. 

Sa réputation (parfois remise en cause) de randonnée la plus difficile d’Europe n’est pas due au hasard… 

On entend souvent dire que le GR20 est considéré comme le “Tour de France” du randonneur. Il est vrai que c’est un condensé de toutes les facettes auxquelles vous pouvez être confronté dans les nombreux GR qui se trouvent en France et à proximité.

Disons qu’il ne faut pas s’attendre à une réelle randonnée quand vous partez sur le GR20 ! Ce tracé s’apparente davantage à un trek avec des parties très alpines à travers les montagnes Corse.

Rien n’est impossible avec de la volonté mais un entrainement sportif est un véritable “plus” si vous voulez accomplir cette randonnée dans les meilleures conditions possible.

Avoir un bon matériel, c’est un fait, mais une forme physique optimale est obligatoire. Il est donc particulièrement périlleux de vouloir s’y lancer en étant totalement débutant et sans avoir acquis une bonne endurance

GR20 pour qui ? A 60 ans ? Débutant ?

Le GR20 est fait pour tous ceux qui se sentent prêts à affronter les humeurs de la montagne, les nuits en bivouac, le surpassement physique intense et les conditions météorologiques extrêmes

Pour les grands débutants, démarrer par le GR20 en totalité peut être décourageant… Il est souvent question de monter, descendre, grimper, redescendre et passer par des brèches assez techniques. Effectuer quelques portions du GR 20 sur 2 à 3 jours est déjà un bel exploit !

A tout âge, le GR20 peut représenter un défi aussi bien physique que mental. Pour en avoir croisé, le GR20 est réalisable de 7 à 77 ans à condition d’être en très bonne condition physique et avoir un esprit déterminé.

GR20 en 16 jours étapes randonnée corse officiel

Les enfants ont souvent une énergie débordante et s’ils sont volontaires avec un pied montagnard, il y a peu de chance qu’ils abandonnent avant la fin. En général, c’est même eux qui donnent le rythme à leurs parents.

Passé 60 ans, tout dépend de vos habitudes et des randonnées que vous avez déjà à votre actif. Gardez à l’esprit que les chemins du GR20 sont très instables, vertigineux et demandent de bons appuis chevilles / genoux. 

Ils sont à la fois très exigeants et la technique doit être présente. Mais après tout, ce n’est pas impossible à dompter puisque chaque année plus de 20 000 randonneurs effectuent cette grande traversée. La clé du succès c’est d’y aller tranquillement en vous hydratant régulièrement sans vous laisser déboussoler par les trekkeurs qui vous doublent sans arrêt. A chacun son niveau !

Quand partir pour le GR20 Corse ?

Le choix du mois de votre départ sur le GR20 n’est pas à négliger. Il est important de le choisir en fonction des conditions climatiques que vous êtes prêts à affronter et non pas en fonction de vos disponibilités.

Encore une fois, c’est la nature qui décide et c’est toujours elle qui l’emporte. Testez-vous et vérifiez quel mois est le plus adéquat pour partir :

GR20 au mois d’Avril

  • Ce mois est réservé aux plus téméraires, mais aussi aux plus expérimentés en matière de treks montagnards. Les refuges ne sont pas gardés et la neige est bien présente. Un bon équipement, des crampons et des piolets doivent être de mise.

GR20 au mois de Mai

  • Pour les randonneurs qui apprécient le goût du risque. L’incertitude climatique règne à cette période. Des plaques neigeuses sont encore bien ancrées en altitude. Emportez du matériel adapté (Cordes, crampons…)

GR20 au mois de Juin

  • Ce mois devient de plus en plus fréquenté. Il représente aussi le moment le plus sage pour s’aventurer en haute montagne. Les journées sont plus longues et plus rassurantes pour les randonneurs novices.

GR20 au mois de Juillet

  • Un soleil persistant plus de 16 heures par jour. C’est le moment idéal pour les randonneurs qui veulent doubler voire tripler des étapes en toute sécurité. Prévoir des vêtements anti-UV et une bonne crème solaire n’est pas une option.

GR20 au mois d’Août ?

  • Beaucoup de randonneurs pensent à tort que c’est le pic de fréquentation. Le mois d’Août est bizarrement un mois très calme sur le GR20, il faut juste prendre en compte que le soleil frappe fort et que la crème indice 50 est plus que conseillé.

GR20 au mois de Septembre

  • Miser sur Septembre c’est faire le choix de la tranquillité. Les enfants sont de retour à l’école et les sentiers sont partagés entre fin de saison et chemins tous tracés par la foulée des aventuriers précédents.

GR20 en Octobre ?

  • La plupart des refuges sont dépourvus de leurs gardiens et les journées raccourcissent. La neige peut tomber. Préparez votre randonnée afin d’être en totale autonomie du début à la fin.

Prenez en compte que les refuges et bergeries du GR20 ne sont gardés que de début Juin à fin Septembre (selon la météo).

Le reste de l’année, les refuges PNRC restent ouverts avec le stricte minimum vital pour les randonneurs très expérimentés et qui tentent l’Alta Strada

alta strada montagne ski corse neige GR20

Sur place, il reste à disposition :

  • Une source d’eau naturelle (à 100 mètres maximum du lieu de vie).
  • Des toilettes sèches (Majorité des refuges du parc).
  • Une cuisine extérieure (et parfois intérieure) équipée d’ustensiles (casseroles, poêles, spatules, louches et bols).
  • Une cheminée ou un poêle à bois en intérieur.
  • Une gazinière pour vous permettre de préparer vos repas.
  • Une terrasse extérieure et une salle commune avec bancs tables etc.
  • Des bacs à ordures avec tri sélectif pour déposer vos déchets.

Quand réserver les refuges GR20 ? GR20 sans réservation ?

Les refuges du Parc Naturel Régional de Corse (PNRC) sont gardés de Mai à Octobre. Ces mois peuvent changer selon les directives données par le Parcu di Corsica et les tendances météorologiques.

Pour avoir les dernières informations du GR20 instantanément, la page facebook du parc est alimentée quotidiennement.

L’année 2020 a été marquée par des conditions d’accueil particulières. Cela n’a pas entaché la saison car l’ensemble des domaines ont pris des responsabilités et un protocole sanitaire a été mis en place pour l’ouverture des sites. 

Jusqu’à la fin effective de la pandémie, tout randonneur doit être muni d’un kit Covid 19 (masque, gel hydro alcoolique…) et respecter les mesures de distanciation.

En forte saison, plus de 200 randonneurs se retrouvent sur les sites et il n’y a pas de place pour tout le monde. Sauf si vous bivouaquez autour des refuges avec votre tente personnelle). 

bivouac refuge prati GR20 étape 11

Si vous privilégiez les dortoirs et les tentes déjà montées (location), c’est le premier arrivé qui est le premier servi. Les refuges sont équipés de 26 à 40 lits maximum et d’une vingtaine de tentes selon les étapes.  

A ce titre, la réservation de nuitées est vivement recommandée surtout si vous avez planifié votre GR20 étape par étape

Les réservations sont ouvertes près de 2 mois avant l’ouverture effective des refuges via le site https://pnr-resa.corsica/

Dans le cas contraire, privilégiez des randonnées à la journée, par sections ou faites halte en bergeries.

Pour tous renseignements complémentaires, consultez la page où dormir sur le GR20, contactez le : +33 (0)6 34 17 69 23 ou envoyez un mail au [email protected].

Quelles difficultés sur le GR20 ?  

Le GR20, on ne vous apprend rien si on vous dit que ce n’est pas une promenade de santé ! 

Tout dépend bien entendu de l’expérience, de la condition physique mais aussi de la motivation dans la réalisation d’un challenge aussi important.

Tout le monde n’a pas la même appréhension de la difficulté et encore moins sur un tracé comme le GR20. Chacun à son ressenti et personne n’est à même de décrire le GR20 de la même façon.

Toutes les étapes sont uniques et chacune comporte des singularités plus ou moins surprenantes pour les randonneurs, même les plus aguerris. Dans le détail des étapes, vous pouvez vous entraîner à surmonter les passages les plus délicats.

Au fil des saisons, le sentier est différent et la quête de chaque randonneur lui est propre. Certains cherchent simplement le dépaysement, d’autre un véritable dépassement de soi

Il ne faut pas minimiser cette aventure comme il ne faut pas non plus la dramatiser. Certains chemins sont très exigeants surtout en pleine chaleur. D’autres sont un peu plus “roulants” comme les randonneurs apprécient le dire. Dans tous les cas, réalisez cette aventure pour vous-même avant de le faire pour les autres. Une fois sur le GR20, vous serez seul(e) à pouvoir mettre un pied devant l’autre… Il y a une forte solidarité entre randonneurs mais personne ne pourra vous porter ni même vous faire survoler certaines épreuves.

GR20 et vertige ? Compatibles ?

Le GR20 est un sentier de Grande Randonnée en Haute Montagne qui a été conçu pour suivre la ligne de crête de la Corse. Certains passages sont assez techniques voire vertigineux même s’ils restent à des altitudes modérées (2 706 mètres au maximum sur le Monte Cinto).

Tout comme la difficulté, le degré de vertige dépend de chacun. Certains vont trouver des endroits très délicats que d’autres trouveront plus impressionnants ailleurs. 

De toute façon, il ne faut pas considérer le GR20 comme un GR classique. Il n’est semblable à aucun autre massif français.

Si votre ressenti au vertige est faible, la quasi-totalité du GR20 ne sera pas un obstacle infranchissable dès lors que vous aurez franchi les premières étapes du Nord. Vous pouvez étudier en détail les étapes présentant des difficultés avant de vous élancer.

Au pied du Monte Cinto
Regard vertigineux sur le pied du massif du Cinto. Un véritable dévers de roches friables.

Le vrai pan de falaise qui était extrêmement raide voire dangereux est aujourd’hui fermé aux randonneurs. Le cirque de la solitude était un endroit souvent redouté par les GRistes, bien qu’il représentait un véritable accomplissement pour certains.

Depuis 1971 et le premier tracé du GR20, de nombreuses variantes considérées comme “alpines” sont devenues des alternatives aux sentiers originaux.

Pour évaluer votre vertige, il faut le mesurer sur une échelle de 1 à 10. Si vous estimez être en dessous de 5 à 6, votre vertige reste assez faible pour progresser sur le GR20.Si le doute persiste, essayez vous déjà sur la moitié Sud du sentier (de Vizzavona à Conca). Ce tracé est moins exposé aux dévers, bien qu’il se poursuive souvent à flanc de montagne.

GR20 en tente ou en refuge ?

C’est un choix crucial qui s’impose à vous. Enfin.. Pas tant que ça, puisque deux faits marquants vous feront pencher la balance plus d’un côté que de l’autre. On s’explique :

Sur le GR20 vous avez trois possibilités pour passer la nuit en refuges ou en bergeries :

  • Soit en dortoirs communs avec 4 à 20 personnes.
  • Soit en tente de location pré-installée avec matelas en mousse (fourni).
  • Ou en tente personnelle à monter chaque soir autour des refuges.

Dans les deux premiers cas, seul un sac de couchage doit figurer dans le matériel qui rejoindra votre sac à dos. Autant dire que cela vous ôte un poids non négligeable que prennent une tente, un matelas, un oreiller…

Ensuite, il faut avoir conscience que l’esprit montagnard doit être là car l’ensemble des nuitées sont rustiques voire rudimentaires.

Pour cela, programmer un GR20 sans être totalement autonome, ça ne se fait pas à la légère. Sur les mois de Juin, Juillet, Août et Septembre, il est chaudement recommandé de réserver vos haltes journalières sur le site https://pnr-resa.corsica/

En revanche, si vous partez dans le but d’avoir l’esprit léger et vous arrêter quand vous le souhaitez : Porter votre couchage sera le prix de votre liberté ! 

Tout comme l’ensemble de votre équipement, choisissez une tente légère, compacte et fonctionnelle. Un matelas et un oreiller gonflable sont indispensables. Petits, légers et confortables, ils sont vos meilleurs alliés pour dormir paisiblement

Pour rappel, il est strictement interdit de bivouaquer en dehors des zones délimitées par le PNRC. Des patrouilleurs y veillent tous les jours afin de conserver ce patrimoine naturel Corse dans les meilleures conditions possibles. 

Lorsque vous bivouaquez, il n’est pas nécessaire de réserver (même si c’est toujours plus précautionneux de prévenir les gardiens de votre arrivée). 

Le GR20 en tente autonome
Choisir entre tente ou refuge ? Sur le GR20, si on fait le choix de l’autonomie, c’est en bivouac autonome qu’il faut dormir !

Partir en autonomie sur le GR20 ?

C’est plus que possible ! Et c’est même ajouter du piment supplémentaire à cette expérience déjà hors du commun.

En portant votre nourriture, et votre couchage, vous marquez aussi un pas supplémentaire dans le terme “aventure”

Ce choix vous permet d’aller à l’allure que vous souhaitez sans vous soucier du point de chute que vous aurez le soir. 

Second avantage : vous ne courrez pas non plus après les horaires d’arrivée puisqu’il y aura toujours un petite place pour bivouaquer

L’autonomie sur le GR20 ne signifie pas non plus survie. Au-delà de l’aspect déconnexion d’un trek en pleine nature, à chaque fin d’étape vous allez vous arrêter dans un refuge ou une bergerie

Ces lieux et les nombreux randonneurs qui s’y trouvent ne brisent pas pour autant l’esprit d’autonomie – bien que vous ayez accès à des toilettes et des douches (plus ou moins) chaudes. 

La durée du GR20 suffit à vous couper totalement du monde qui vous entoure, des relations sociales que vous entretenez et de la vie intrépide que vous menez au quotidien.

Pour les repas ? L’autonomie totale est aussi envisageable. Le lyophilisé c’est plutôt bon, léger, compact, et équilibré. Ça vous permet surtout de vous nourrir sans attendre l’heure des dîners proposés en refuges.

Sachets de nourriture MX3
Les repas lyophilisés, une excellente alternative pour un GR20 en toute autonomie

Bien qu’au fil du temps, vous ne serez pas contre quelques produits frais comme un bon saucisson affiné en altitude, du fromage frais et local ou une divine bière Corse avec d’autres randonneurs.

Lorsque vous aurez vécu ce GR en toute autonomie, vous allez forcément transformer la vision de votre vie actuelle. Une vraie redéfinition des priorités, une prise de recul, une ouverture d’esprit… De quoi se recentrer totalement.

Quels réseaux et électricité sur le GR20 ?

Alors oui, le GR20 on le fait pour se garantir un dépaysement le plus total… Et du réseau téléphonique ? Il y en a peu… 

Cette déconnexion, vous la ressentez dès qu’une route goudronnée coupe le chemin et que vous retournez à la civilisation pour quelques instants. L’effet est instantané !

Vous entendrez continuellement qu’il faut oublier toute connexion au monde réel sur ces sentiers. “Lorsqu’on se lance dans l’aventure du GR20 c’est pour s’immerger pleinement et entrer en totale harmonie avec la nature.”

Toutefois, si votre périple s’étend sur 16 jours (format classique du GR20), il est peut-être appréciable pour les proches d’avoir des nouvelles de votre progression tout au long de ce véritable défi sportif

D’un autre côté, avoir du réconfort et un petit mot d’encouragement pour la suite de vos aventures, c’est tout aussi rassurant.

téléphone GR20 réseau électricité randonnée corse

La 4G n’est pas seulement utile pour donner des nouvelles, elle sert aussi à se tenir informé régulièrement des conditions météorologiques, visualiser les futures étapes que vous allez arpenter ou encore consulter les cartes IGN détaillées des lieux où vous vous trouvez.

Pour tout cela, il est aussi important de garder un œil sur les batteries de ces appareils. L’électricité peut s’avérer indispensable pour recharger les batteries de votre lampe frontale, appareil photo, montre connectée, téléphone portable, traceur GPS… Dans notre article dédié aux réseaux et électricité sur le GR20, vous trouverez tous les points de repères où le chargement et la connexion aux réseaux filaires sont possibles.

Les refuges GR20 prennent-ils la carte bancaire ?

Soyons honnêtes : Trouver un terminal de paiement sur le GR20 est rarissime. Les seuls à tirer leur épingle du jeu sont :

  • Le refuge de Petra Piana qui prend les règlements par CB à partir de 5€ (étape 7).
  • La bergerie d’Onda qui accepte la carte bancaire qu’à partir de 15€ (étape 8).

Mais rassurez-vous, cela ne se cantonne pas uniquement au sentier de Grande Randonnée. 

En Corse globalement, les insulaires privilégient les liquidités. Bien souvent vous entendrez que c’est parce qu’il n’y a pas de réseau… Ce qui est fort probable car le territoire est assez mal desservi.

Les dépenses se font plus rapidement qu’on ne le croit sur le GR20… Après chaque étape, tout le monde sympathise et échange autour d’une bonne Pietra bien fraîche. Puis vient l’heure du repas… Et parfois des extras. 

De ce fait, durant la planification de votre périple, quantifiez bien le budget dont vous aurez besoin. Il est toujours plus prudent de prévoir un petit surplus que de tenir une enveloppe trop serrée.

Surtout que vous ne trouverez aucun distributeur de billets sur les cols du sentier qui s’ouvrent sur les voies routières.

carte bancaire refuge GR20

L’unique possibilité de retirer de l’argent est de prendre le train en gare de Vizzavona pour rejoindre Corte. (2h aller / retour).

Que vous soyez en autonomie totale ou que vous dormiez en refuge, l’argent est un point très important de votre randonnée.

Pour beaucoup, cela représente un frein de se balader avec autant de liquidités sur soi. Dans ce cas, vous pouvez déjà réduire sa quantité en réservant vos nuitées à l’avance. Elles sont payables directement en ligne via le site du parc : https://pnr-resa.corsica/.

GR20 avec accompagnateur ? Ou GR20 avec topo guide ?

Faire le choix d’un cadre en prenant une agence, ou un guide, c’est une idée qui fait du sens quand on recherche la sécurité.

Pour des randonneurs peu expérimentés c’est aussi une manière de se faire conforter par des conseils précieux, un accueil chaleureux et un budget parfaitement maîtrisé. 

Au-delà de ce contexte rassurant, partir avec un accompagnateur, c’est aussi découvrir des sentiers inédits, des bergeries à la culture locale bien ancrée où beaucoup de randonneurs ne défilent pas. 

De même, si vous souhaitez réaliser le GR20 en mode ultra trail et en un temps record, il faut mieux s’entourer d’un accompagnateur de haute montagne. Des agences locales comme Altre-Cime, Duo des Cimes ou Corsica Averture vous permettent de parcourir les sentiers en 3, 4, 5 ou 7 jours en toute sécurité (à condition d’être ultra sportif).

D’un autre côté, il faut savoir que le GR20 est suffisamment bien balisé pour vous y retrouver sans être accompagné

Il existe des topo-guides très bien détaillés qui vous permettent de vous repérer très facilement tout en planifiant au plus juste votre tracé. 

A l’aide d’applications mobiles, vous pouvez aussi tout à fait programmer votre parcours. Komoot vous offre même la possibilité de partager votre itinéraire avec sa communauté de randonneurs pour ficeler au mieux tous les détails.

Seul petit “hic” de ce choix, il vous faudra de l’électricité pour maintenir votre batterie en permanence. Panneau solaire, batterie solaire… Tout est bon à prendre !Sinon, une bonne vieille carte IGN au format papier est une excellente alternative et saura vous guider peu importe la situation.

Départ guidé avec accompagnateur sur le GR20
Des agences Corses vous propose un GR20 entièrement organisé par un guide avec portage du sac à dos en refuge

GR20 sans portage ? sans sac à dos ?

Question ambivalente mais qui a toute son importance. Ca ne s’invente pas, plus votre sac est léger, plus vous progresserez aisément sur les crêtes sans vous faire bousculer par les vents parfois violents.

Pour les plus aventureux, un GR20 sans portage, c’est un GR20 authentique !

En totale autonomie ou non, il faut un équipement technique pour se lancer à l’assaut des plus hauts sommets de l’île.

Le minimum c’est un sac comportant un camelBak de 3L, ou des gourdes d’eau à contenance équivalente, un duvet, des vêtements chauds et des barres énergétiques.

Ensuite, à vous de voir vos points de chute pour vous ravitailler, et si vous dormez sous tente.

Ces facteurs ont une importance cruciale sur l’intensité de votre expérience GR20

Du coup, de nouvelles formules ont le vent en poupe car le plus grand obstacle du GR20, c’est un sac à dos bien trop chargé ! 

A présent, il est commun de croiser des groupes de personnes avec des “porteurs”, ou des sacs à dos allégés à la journée.

Le “portage réduit” est possible grâce à une logistique hors pair des agences locales. Il vous permet d’avoir accès à votre sac suiveur plusieurs fois durant votre aventure (environ un jour sur deux). Dans le cas d’un GR20 sans sac, vous le retrouvez tous les soirs dans les hébergements où vous devez faire halte.

Ces randonneurs ont fait un choix pertinent bien qu’il présente un coût financier important. C’est une décision louable d’autant plus que c’est aussi une manière de s’assurer une réussite plus aisée du GR20.

GR20 avec un chien ?

Rien n’est impossible ! Bien que cela soit une contrainte supplémentaire, un chien qui à l’aptitude physique, un jeune âge et qui est athlétique aura tout à fait sa place avec vous.

Tous les ans, il y a des randonneurs qui tentent le challenge avec leurs animaux. Il y a eu des chiens, des chats, des rats et même des chèvres domestiquées (clin d’œil à Yoann et sa célèbre chèvre Fanny, qui ont fait le GR20 en 9 jours) !

Un chèvre domestiquée sur le GR20
Yoann a décidé de faire le GR20 en 9 jours avec sa chèvre Fanny

Ne négligez rien ! Tout comme l’humain, votre compagnon aura besoin d’un certain entraînement sur des chemins sinueux, dans des champs de pierriers, sur des sentiers instables voire infranchissables.

Ne négligez rien ! Tout comme l’humain, votre compagnon aura besoin d’un certain entraînement sur des chemins sinueux, dans des champs de pierriers, sur des sentiers instables voire infranchissables.

De votre côté, mesurez tous les éléments que cela doit comporter. Un chien a des besoins primaires comme manger, boire, prendre soin de ses pattes…

Première possibilité, vous rajoutez ce poids à votre sac à dos, ce qui est loin de l’alléger. D’autant plus qu’il faudra prévoir un harnais et des cordages en cas de passages délicats en dévers ou sur des murs de roches.

Deuxième possibilité, vous faites porter l’entièreté des produits à votre animal à l’aide de sacoches sanglées (comme les mules).  Les croquettes et l’eau peuvent être équitablement réparties, même s’il faudra bien l’habituer à ce poids supplémentaire avant votre départ.

Au-delà de ces notions, prenez en compte qu’un chien sur le GR20 reste sous votre responsabilité. Les animaux sauvages sont très présents, et sur les refuges et bergeries, ils sont accueillis uniquement en laisse sans pouvoir pénétrer à l’intérieur. Pour vous, pas le choix, il faudra apporter votre propre tente pour faire dormir votre animal avec vous.

GR20 seul ? femme seule ?

Il ne tient qu’à vous d’initialiser cette expérience unique ! Ne vous retenez pas de partir sur le GR20 si vous n’avez trouvé personne qui est tenté de partir à l’aventure avec vous ! 

Evidemment vous allez longuement douter… Renoncer, et c’est une appréhension logique puisqu’il s’agit d’un départ dans l’inconnu ! Mais si l’envie est profonde, pourquoi s’en priver éternellement ?

Il faut savoir que 30% des randonneurs du GR20 démarrent seuls mais jamais pour bien longtemps… Et contrairement aux “aprioris”, les femmes sont aussi nombreuses que les hommes !

GR20 randonnée femme seule étapes

Relever un tel challenge porté par une motivation intense, va vous forger l’âme d’un(e) gagnant(e) !

Très rapidement, vous allez vous greffer à d’autres personnes seules ou en groupe qui ont le même rythme que vous. 

Elle va aussi vous aider à vous recentrer petit à petit :

  • Vous déconnecter de vos habitudes quotidiennes ;
  • Compter que sur vous-même ;
  • Prendre du recul sur votre situation et ne pas s’apitoyer sur son sort ;
  • Dépasser vos limites et prendre conscience de vos capacités ;
  • Reprendre confiance en vous ;
  • Être fier(e) de vous, avoir la satisfaction d’être allé au bout de cette aventure par vous-même.

Eh oui, sur le GR20, plus qu’un sentier sportif, c’est un aussi vrai travail sur soi-même qui s’effectue.Chaque soir, tout le monde se retrouve aux refuges pour échanger sur son parcours, son ressenti… Inévitablement, des points communs vont se tisser… Une solidarité entre randonneurs, un esprit de groupe, des encouragements… Et ce sont les plus beaux souvenirs qui resteront gravés avec vos meilleurs amis de l’instant !

GR20 avec ou sans baton ?

Cette interrogation ressort souvent car il n’y a pas de science exacte. Les ultras traileurs vous diront qu’il ne faut pas s’encombrer de bâtons, mais qu’il faut tout de même y penser en cas de passages sensibles ou de faiblesse physique.

En réalité, sur l’intégralité du GR20, il est rare de voir des randonneurs non équipés de bâtons. Où s’ils partent sans, beaucoup improvisent rapidement des cannes avec des morceaux de bois trouvés en forêts.

Aussi bien sur les dénivelés positifs que négatifs, les bâtons vous permettent d’équilibrer le poids de votre sac à dos sur l’ensemble de vos membres actifs (bras et jambes). 

  • En montée, ils vont vous aider à vous hisser plus facilement en appuyant bien vos épaules sur les manches supérieurs.
  • En descente, les bâtons sont indispensables pour amortir les chocs et ne pas glisser dans les pierriers qui roulent sous vos pieds. Un peu comme au ski, certains apprécient dévaler les pentes et savent se récupérer en bas sans le moindre souci. 

En revanche, si vous n’êtes guère un(e) montagnard(e) avisé(e), vous allez vite vous rendre compte que les bâtons sont une aide très précieuse. Vos genoux et vos chevilles vous en remercieront.

Il est impératif que ce matériel soit choisi avec soin car sur le GR20, ils vont être mis à rude épreuve. Légers et robustes : Ce sont les deux critères obligatoires pour leur choix. Même si 600 ou 700 grammes vous paraissent acceptables, au bout de quelques heures, vous allez vite vous rendre compte que ce poids à de l’importance pour avancer.

Pour vous assurer de faire le bon choix, il faut toujours tester votre équipement en conditions réelles avant le grand départ.

Il est évident que nous ne vous recommandons pas de vous aventurer sur le GR20 avec un équipement totalement neuf (chaussures, sac et bâton principalement).

Faire le GR20 avec un bébé ?

Le challenge c’est bien mais parfois la prudence est de rigueur

Un bébé est considéré comme tel jusqu’à l’âge de deux ans voire trente mois, c’est-à-dire entre le nouveau-né et la période de la petite enfance.

Emmener un bébé signifie donc avoir un porte-bébé sur le dos ou une écharpe ventrale. Malheureusement, le GR20 ressort d’une autre dimension qu’une simple randonnée de plusieurs heures sur une journée.

Il y a énormément de passages délicats qui demandent d’utiliser pieds et mains simultanément pour avancer. Aussi, sans aucun. doute cette situation peut s’avérer très dangereuse si vous portez un enfant sur le corps.

Il faut être lucide sur la situation globale. Le poids d’un bébé est un facteur non négligeable, mais sa vie aussi. 

Il y a une différence entre apprécier le portage pour quelques heures et l’inconfort d’y être placé durant plusieurs journées d’affilées…

Les literies en refuges sont spartiates. Pas sûr qu’un bébé tienne une nuit complète sur un lit superposé ?

Les conditions météorologiques qui seront parfois difficiles pour vous… Qu’en sera-t-il pour cet enfant ?

D’autant qu’à cet âge-là, ils ne sont pas demandeurs face à de telles aventures.

Il faut aussi voir que si vous effectuez le GR20 en intégralité ou sur des portions de plusieurs jours accumulés, des éléments de premières nécessités sont indispensables :

  • Des changes (couches, produits de soin etc.) ;
  • De l’eau en abondance pour deux ;
  • Des vêtements chauds (polaires, coupe-vent) pour deux ;
  • Des encas / nourriture pour deux ;
  • Une couverture / duvets pour deux ;

Où allez-vous placer tout ceci en plus de votre porte-bébé ? Une personne vous accompagne-t-elle ? N’est-ce pas l’accabler de lui faire porter un tel poids supplémentaire ?

Le peloton de Gendarmerie de Haute Montagne qui assure leurs homologues Pompiers interviennent déjà bien trop souvent auprès de randonneurs expérimentés et très préparés. 

Il est certainement plus judicieux d’attendre quelques années encore, avant de partir sur une telle expédition avec des enfants si jeunes et sans autonomie.

GR20 avec hôtel ?

Cette question est assez paradoxale car le GR20 c’est l’aventure sauvage avant tout ! Les refuges du PNRC, bien que modernisés, restent des lieux construits dans les années 70’.

L'hôtel castel de Vergio
Panorama sur la bâtisse de l’hôtel du col de Vergio

Ne comptez pas sur un service 4 étoiles à chaque étape, pour autant, il n’est pas incompatible de lier un minimum de confort à ce périple de plusieurs jours voire semaines. 

A de multiples moments, vous allez traverser des routes, des villages et des stations de ski qui vous réservent leur lot de petits plaisirs :

  • Des épiceries bien garnies (pour recharger vos stocks) ;
  • Des restaurants & snacks (pour faire le plein de bons petits plats) ;
  • Et bien sûr, des hôtels et chalets ! (pour le standing que vous étiez en train d’oublier) ;

Comme ce sentier est coupé en plusieurs points, toutes les 3 étapes environ, il ne sera pas rare de trouver des hôtels où vous aurez plaisir à séjourner.

Cette petite parenthèse entre les dortoirs communs et le montage journalier de votre tente ne sera pas de refus quand vous les apercevrez :

  • Sur la commune de Calenzana (Etape 0 – Départ du GR20 Nord) ;
  • A la station d’Asco (Etape 3 aussi nommée Ascu Stagnu) ;
  • Au niveau du col de Vergio (Etape 5 – Entre Ciottulu di i Mori et Manganu) ;
  • Dans le village de Vizzavona (Etape 9 – Niveau Cascade des Anglais) ;
  • Au point de croisement du col de Verde (Etape 10 – Entre E Capannelle et Prati) ;
  • Au col de Bavella, juste après les aiguilles (Etape 14 – Entre Asinau et Paliri) ;
  • A l’arrivée dans le petit hameau de Conca (Etape 16) ;

Il existe d’autres sorties possibles mais elles vous détourneront légèrement de l’itinéraire principal du GR20.

Pour les véritables Gristes dans l’âme, dormir à l’hôtel s’est s’emparer d’une situation hors des sentiers. Bivouaquer est une conviction de randonneur qui se refuse durant quelques jours voire semaines face au climat ambiant de la civilisation. 

GR20 ou Tour du Mont Blanc ?

Quel choix faire entre le mythique sentier du GR20 ou le célèbre et majestueux Mont-Blanc ?

Si la question se pose c’est que vous avez déjà une belle âme de trekkeur. L’altitude vous attire et les dénivelés ne vous font pas peur.

Les deux sentiers se valent à peu près avec leurs 180 km et plus de 10000 mètres de D+.

La seule réelle différence ce que le tour du Mont-Blanc, comme son nom l’indique, fait une boucle, pour réattérir sur votre point de départ. Alors que le GR20 est une diagonale plus sauvage à travers les montagnes Corse.

Le GR20 est particulièrement bien balisé. Les sentiers sont plus exigeants. Ils serpentent entre cols, crêtes, dalles rocheuses et végétation dense. Si vous vous égarez, c’est plus une faute d’inattention qu’un manque de marquages.

Sur le TMB, les chemins sont très praticables par rapport au GR20. Ils sont vraiment bien entretenus (presque trop), et les refuges sont nombreux à jalonner le circuit. 

Contrairement au GR20, ils ne sont pas positionnés précisément comme des fin d’étapes.

Ainsi, la planification d’un TMB permet beaucoup plus de flexibilité que le GR20 qui est ponctué par des refuges toutes les 6 à 8 heures. Les périodes de traversée sont similaires (Fin Mai à fin Septembre).

Auparavant, le TMB était beaucoup plus populaire et fréquenté que le GR20. Aujourd’hui les deux itinéraires se valent. Bien que la Corse commence à se démarquer de plus en plus de points grâce à ces circuits alternatifs qui coupent l’île d’Est en Ouest et du Nord au Sud (le Mare e Mare et le Mare e Monti).

Suivez quotidiennement les actualités du GR20 avant votre départ

  • Météo
  • GR20 et coronavirus ? Covid 19 ?
  • Incendies + conditions météo
  • Record de Xavier Thévenard
  • GR20 la corse au coeur
  • Cirque de la solitude
  • Monte Cinto
  • Héliportage
  • Accidents / morts
  • Actus refuges
  • […]