Quelles sont les difficultés du GR20 ?

Les difficultés du GR20 sont à la fois nombreuses et surmontables lorsqu’on en est informés. En effet, la Grande Randonnée “Fra Li Monti” Corse (GR20) est considérée comme un sentier très difficile voire extrême par le FFRandonnée.

Pourquoi un tel niveau de difficulté du GR20 pour une si petite île sortie nichée au beau milieu de la mer Méditerranée ?

Les croyances d’une île de beauté reposant uniquement sur des plages de sable fin et de plaines verdoyantes sont vite balayées lorsqu’on foule les premières pierres du GR20. Il s’agit réellement d’un itinéraire de randonnée en montagne.

La traversée Corse rassemble un condensé de reliefs abrupts auxquels s’ajoutent des changements météorologiques constants auxquels il faut se préparer.

Les somptueuses falaises viennent se jeter dans la mer tout en surplombant de nombreuses vallées, plaines et sommets… Un décor tout simplement sublime qui aide à oublier l’ampleur de la tâche à effectuer; pour progresser le long de ces multiples chemins.

En résumé, le GR20 est aussi incroyable pour ses paysages que pour son exigence technique. Alors, à quoi faut-il véritablement s’attendre ? Quels sont les passages délicats et les difficultés du GR20 ?

Sans vous dévoiler tout l’itinéraire; nous allons vous dresser un petit topo des éléments sur lesquels la plupart des randonneurs butent.

Cependant, en fonction de votre condition physique et de votre expérience en altitude; notez qu’un endroit difficile pour certains le sera moins pour d’autres et vice versa…

Le meilleur conseil qu’on puisse vous donner : Imaginez vous le pire pour découvrir un parcours finalement pas si insurmontable !

1. La caractéristique Alpine

Selon la Fédération Française de Randonnée (FFR), le critère Très Difficile (TD)  voire extrême (TD+) est assigné aux randonnées dont les étapes font une durée de plus de 6 heures avec un dénivelé moyen supérieur à 800 mètres.

S’ajoutent à cela certaines journées qui peuvent avoir un caractère exceptionnel dont les dénivelés sont supérieurs à 1600 mètres; tout en comportant des couloirs exposés et techniques.

difficulté débutant GR20 entrainement sport montagne

Le terrain des randonnées alpines TD / TD+ est considéré comme étant mauvais à très mauvais sur de grandes portions (Terrain rocheux et très raviné). 

Il se distingue par la présence de passages exigeants tout au long du parcours (passages de chaînes; dévers vertigineux; pas d’escalade à flanc de falaise…). 

Le dernier point caractéristique des randonnées alpines, c’est les haltes en bivouac qui rendent l’aspect randonnée encore plus pénible. (Nuits en tente, douches froides, sécheresse des terres avec manque de source…).

Ces randonnées Très Difficiles sont destinées à un public expérimenté et très sportif. Il doit être friand des forts dénivelés et avoir de la ressource lorsqu’il s’agit d’effectuer un replie accéléré en cas d’imprévu (orage, neige…)

2. Les dénivelés intenses

Les dénivelés, c’est l’élément qui surprend le plus les randonneurs débutants ou ceux qui ne sont pas réellement préparés à un tel décor.

Le GR20, ce n’est pas une simple randonnée pédestre, elle est hors-normes car elle concentre une forte recrudescence d’ascensions sur de très courtes longueurs.

Dès la première étape du Nord (depuis Calenzana); vous allez rapidement comprendre quelle va être la difficulté majeure du GR20 : Les dénivelés !

Ils sont inexorables et souvent éreintants lorsque vous devez les affronter en pleine chaleur.

Sur 16 étapes, il n’y a en pas une seule qui compte moins de 1200 mètres de dénivelés cumulés. La plus impressionnante reste l’étape 4 qui relie la station d’Ascu Stagnu jusqu’au refuge de Tighjettu. En touchant le sommet du Monte Cinto, elle contient plus de 2600 mètres de dénivelés à effectuer sur une seule journée.

3. Les dévers impressionnants

Le GR20 a été conçu pour suivre l’arête des crêtes montagneuses Corses. A certains endroits; on se demande même si les personnes à l’origine de l’itinéraire n’ont pas forcé le décor pour rendre certains passages délicats.

difficulté GR20 montagne corse randonnée

Même si vous n’êtes pas spécialement sujet au vertige, certains sites sont particulièrement spectaculaires

Même s’il est coutumier d’entendre que le Sud est beaucoup plus roulant que le GR20 Nord, les variantes alpines n’en sont pas moins vertigineuses et constituent des difficultés du GR20 supplémentaires.

Voici quelques dévers où il fait bon contempler l’horizon plutôt que de scruter les pieds montagneux par lesquels on vient d’arriver.

Dévers vertigineux du GR20 :

  • Les fines parois qui possèdent des mains courantes sur l’étape 1

  • Les champs de pierriers conduisant à la Bocca Crucetta et au Monte Cinto sur l’étape 4

  • L’ascension colossale jusqu’à la brèche de Capitello de l’étape 7

  • Les crêtes aériennes sur la variante alpine entre Petra Piana et l’Onda lors de l’étape 8

  • Les couloirs escarpés sur l’arête des statues qui mènent au Monte Incudine de l’étape 14

  • La dalle rocheuse au milieu du vide sur la variante alpine des aiguilles de Bavella de l’étape 15

4. Les variations climatiques 

La Corse, c’est un peu comme un ascenseur émotionnel :

Sur le GR20, vous pouvez passer d’un soleil chaud et radieux à une couverture nuageuse en quelques minutes. 

Venue de nulle part, cette bâche draine avec elle une atmosphère fraîche qui s’alourdit avec sa progression… Au contact de l’air froid situé dans les vallons, un cumulus orageux se forme et peut éclater très rapidement. 

En montagne, le tonnerre gronde fréquemment et est très impressionnant lorsqu’il résonne dans les reliefs. 

Vous l’aurez compris, l’ennemi du randonneur, ce n’est pas tant la pluie qui peut durer entre 30 minutes et 3 heures… Ce sont plutôt les éclairs qui sont très impressionnants qui frappent régulièrement et qui constituent toutes les difficultés du GR20

Lors d’une étape, les abris sont difficiles à trouver et encore plus délicats si vous êtes en sous-bois. Fuyez les sommets et crêtes et accroupissez-vous à proximité d’une paroi rocheuse dans une déflexion de terrain.

Lorsque le soleil est à son zénith, il peut être aussi très contraignant de progresser facilement. La chaleur d’altitude est beaucoup plus intense qu’en plaine. Hydratez-vous constamment tout en portant un couvre-chef, un tee-shirt anti-UV et une crème solaire à indice maximal.

sommet montagne GR20 corse

5. Les étapes cumulées

Chaque jour, le sentier aérien de Corse saura vous surprendre par sa diversification et son côté inédit. Vous allez vous émerveiller sur de nouvelles perspectives et ferez des découvertes constantes entre la faune et la flore endémique de la Corse

Il n’y a pas une étape qui se ressemble sur le GR20 et il est bien difficile de les classer par ordre de préférence tant elles sont toutes un critère d’exigence qui est propre à chaque randonneur. Il suffit que vous ayez passé une nuit chaotique pour vous sentir accablé sur l’étape suivante et à l’inverse; si vous avez bien dormi, une étape peut vous glisser dessus plus qu’une autre.

Tels des enfants qui découvrent un terrain inconnu, ces découvertes cumulées sont à la fois jouissives mais aussi éreintantes et c’est ce qui fait toutes les difficultés du GR20 Corse.

Bien qu’il faille fournir tous les jours le même effort physique sur près de 8 heures de randonnée alpine ; Les journées se suivent, mais ne se ressemblent pas. 

Si en plus, vous vivez cette expérience en toute autonomie, prenez en compte l’effort de début et fin journée lorsqu’il faut installer et replier votre couchage dans son intégralité.

Au fil des jours, vous emmagasinez une fatigue régulière qui demande une énergie que votre organisme n’a pas forcément l’habitude de produire. Gardez à l’esprit de soigner votre sommeil (coucher tôt, boules quies) et votre alimentation (repas protéinés et énergétiques).

6. Le poids du sac à dos

Vous vous en doutez, le sac à dos est un frein conséquent dans votre progression. A titre de comparaison; un randonneur avec un sac à dos de 12 kg ne percevra pas le parcours de la même façon qu’un randonneur qui en est dépourvu !

C’est mathématique et ça se confirme d’autant plus sur le GR20.

Même correctement agencé, le sac à dos est un élément de difficulté supplémentaire à toutes les énumérations dictées précédemment.

Sac à dos et bâtons prêts pour le GR20
Un matériel léger et robuste pour un GR20 en toute sécurité

Nous vous l’avons bien souvent rabâché sur objectif-GR20.fr, mais il est primordial de ne pas surcharger votre sac à dos. Si vous laissez place au hasard en transportant des éléments dont vous ne vous servirez pas ; vous allez accroître la probabilité d’entacher votre aventure.

Notez que 60% des abandons du GR20 sont dus à deux facteurs uniques :  

  • La surcharge des sac à dos qui atteignent des poids souvent invraisemblables (18, 22, jusqu’à 35 kg !). Il ne doit jamais excéder 15% à 20% de votre poids de corps.
  • La sous-estimation de la montagne Corse en doublant, triplant, quadruplant… des étapes jusqu’à s’en retrouver sur les rotules (c’est le cas de le dire !)

Maintenant que vous êtes informés sur les difficultés du GR20 et les erreurs à ne pas commettre. Approfondissez votre étude du terrain en planifiant vos étapes en fonction du rythme que vous souhaitez donner à votre périple.